Rap à Gonesse

Le premier Blog regroupant l'ensemble des artistes Hip-Hop ( Actifs!!!) de la ville de Gonesse..Des sons, des interviews, des videos...

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Paris to Purple City

Par Rap à Gonesse :: 02/01/2007 à 0:45 :: Les Gratuits

--
--
PROJET PARIS TO PURPLE CITY
PRODUCTEURS BON VIE / BABYGRANDE
ANNEE 2005
ARTISTES BARYO (Keny, Tibesse, Kris Daddy, Kipetchi, Bamboo, Al'Faone, Tonio F, Djélass) ; PURPLE CITY DIPSET ; IKE EYES

La route est longue
NY ville de lumières
No War
L'HISTOIRE

STORY OF... PARIS TO PURPLE CITY... PAR KIPETCHI

Quand je parlerai de Paris to Purple City à mes petits enfants, je leur dirai que tout a commencé à Gonesse, comme toujours...
Mais pour une fois, la suite de l'histoire a eu lieu à l'extérieur de nos frontières puisque c'est bel et bien à New York, "La Mecque du Hip Hop", que tout le Baryo s'est retrouvé pour l'enregistrement de cet album.
Tous frais payés, le vol, l'hébergement dans un loft à Brooklyn et même 50$ par jour pour se nourrir, se déplacer et plus si on est malin...

On passait nos journées à bosser le son. Faut dire que la cadence américaine ne nous laissait pas trop le choix...on devait écrire et enregistrer l'album en à peine une semaine. Les producteurs exigeaient de nous un minimum de 2 morceaux par jour...un truc de dingue.

Nous qui n'avons jamais posé avec des "stars" françaises, on se retrouve à croiser le mic avec Purple City, et les Diplomats. Je peux vous dire qu'après avoir vu à l'action des MC comme UnKasa ou Hell Rell, ma vision du rap a complètement changée. Je croyais qu'on avait 10 ans de retard par rapport aux states, j'entendais dire que le rap français n'avait plus à rougir devant son homologue transatlantique...mais franchement, honnêtement, on est encore super loin...Ces gars là ont çà dans le sang ! Pour eux, rapper c'est comme parler, c'est naturel. A New York, le Hip Hop est partout, dans les rues, dans le métro, à la TV; rien à voir avec la France qui ne propose même pas une seule émission télévisée consacrée au rap (au passage Big Up à Rapline).

Mais bon, revenons à Paris to Purple City. Je vous décris la journée type : le matin, on était réveillés par le froid. Perso, je me levai tôt pour être le premier dans la douche afin d'avoir de l'eau chaude..une fois que tout le monde était levé et lavé, c'était l'heure pour Keny de....se lever. Ceux qui n'avaient pas fini d'écrire avaient un peu de temps pour ajuster leurs couplets.

Puis arrivait l'heure du départ. Le studio Chung King se trouvait à Manhattan. C'était dans un building, rempli de studios et fréquenté par des pointures du Hip Hop. Nas, Eminem, Method Man, Ludacris...non on ne les a pas croisé, mais il suffit de jeter un coup d'oeil dans le livret de Illmatic pour se rendre compte qu'on ne nous racontait pas des cracks. En revanche on en a croisé une de célébrité, et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit de Foxy Brown. On a du la voir 3 ou 4 fois, accompagnée de mastodontes qui te coupaient l'envie de lui adresser la parole.

Une fois dans le studio, on se succédaient dans la cabine. Ceux qui attendaient leur tour n'avaient pas les bras croisés...ils étaient déjà en train d'écrire le morceau suivant dans une pièce à coté. Pour les thèmes, c'était nous qui les trouvions en fonction des instrus. Une fois qu'on avait l'idée, on en parlait avec Purple City qui nous ont toujours suivi dans tous les délires..on a même fait "chanter" Agallah, il n'en revenait pas...On s'arrangeait pour mélanger le français et l'anglais dans les refrains afin de rendre les morceaux "internationaux".

Les séances studio se terminaient vers 0h00 / 1h du mat', quand on rentrait, pas question d'aller se coucher tout de suite. Comme un rituel, on n'écoutait les morceaux qu'on avait fini, avant de choisir les instrus du lendemain, les thèmes; et les plus courageux commençaient à écrire... Puis au lit...Vous devez comprendre maintenant qu'il et possible de passer 3 semaines à New York sans avoir le temps d'aller à la Statue de la liberté, ni même de voir Central Park.

Le dernier jour d'enregistrement, comme une cerise sur le gâteau, les 2 membres de Dipset, Jim Jones et Hell Rell sont venus poser leur couplets. Jim Jones "le ble-dia" qui gigotait dans la cabine à la recherche de ses rimes tout en tirant des lattes sur son big blunt...On aurait presque dit un fou...Quant à Hell Rell, un MC doté d'une super technique qui nous a plié son couplet en 2 secondes. Quand il a fini de poser, le seul mot que j'ai pu prononcer c'était "wha !", le même "wha" qui s'échappe encore parfois quand j'écoute "No War".

Pour la petite info, toutes les prods sont signées Agallah, et l'album a eu droit à une distribution internationale en 2005.

Là j'entends mes petits enfants qui me demandent : "mais comment expliquer que cet album ne se soit pas beaucoup vendu ?", "Et pourquoi vous avez passé 3 semaines à New York, alors qu'il n'en a fallu qu'une pour boucler le projet ?" A ces deux questions j'apporterai la même réponse: "Cà...c'est une autre histoire !"

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://rapagonesse.zeblog.com/trackback.php?e_id=150128

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :